L'artiste...

Nous sommes le 31 mai 2019. Un vendredi. Antoine Donneaux remporte le Prix du Public au Tremplin du Rire organisé par le Festival de Rochefort. Il a alors 31 ans : coïncidence ou signe du destin, à vous de voir.

Au quotidien, il dirige comme indépendant sa petite entreprise spécialisée dans l’impression tout support. Il joue aussi au football dans l’équipe réserve de Manhay avec plus de 50 goals cette saison !

A côté de cette activité professionnelle, de sa pratique sportive et d’un certain attrait pour « OSS 117 » (le film, pas Jean Bruce), Antoine cultive un talent depuis son plus jeune âge : l’imitation ! « Je faisais déjà rire mes copains en classe. Chaque année en novembre, je jouais des sketches au Cabaret du Village dans la petite salle d’Izier. Je faisais aussi des medleys et des playbacks de Laurent Gerra qui m’inspirait pas mal. » A 16 ans, il commence à chanter et est mordu par le virus de l’imitation. Depuis, il n’arrête plus, puisant dans la chanson, l’humour et d’autres domaines encore, devenant tantôt Pascal Obispo, tantôt Francis Cabrel, François Damiens, Aznavour, Olivier de Benoist ou Nikos Alagias.

Antoine, dont le répertoire et les textes ne cessent d’évoluer, écrit seul et répète en solo également, à l’oreille. Mais il travaille sa mise en scène avec Marc Andreini (Manon Lepomme, Renaud Rutten, Sofia Syko…)

Il incarne aussi le personnage de Jason

... fait son show

Antoine Donneaux a un problème. Non pas tellement qu’il soit hypocondriaque, après tout, enjamber le pédiluve avant de sauter dans la piscine, tout le monde l’a déjà fait. Le principe de précaution, tout ça, tout ça… En fait, ce jeune et élégant humoriste durbuysien est imitateur. Mais malgré lui.

 

Imaginez-le en train de vous raconter sa vie, façon stand up. Vous parler des trucs qu’il aime, qu’il n’aime pas, évoquer des souvenirs. Voire discourir sur de vrais sujets de société comme par exemple l’influence insidieuse qu’exerce sur tout un chacun la publicité. Et soudain, voilà qu’il se transforme, ses cordes vocales comme possédées par un autre. Ou parfois même : une autre. Vous imaginez à quel point ça peut être pénible ?

 

Ça l’est, et le pire pour lui, c’est que le public en redemande ! Alors ce charismatique garçon obtempère. Laisse l’un ou l’autre personnage bien connu se glisser dans ses chroniques absurdes et ses petites tranches de vie palpitante. Notez, cela va parfois de soi : la première personnalité qu’il a imitée n’est autre que son père devant son poste de télévision. On sent chez lui un souci d’authenticité, inédit de ce côté-ci de la galaxie.

« Et sinon, demanderont certains, est-ce qu’Antoine fait Johnny ? » Ben non ! Enfin, si, presque. Vous verrez bien ! Ah, oui, et un petit conseil : « Antoine Donneaux, imitateur malgré lui » étant à la scène ce qu’un Marvel est au cinéma de super-héros, restez dans la salle après le générique, ou plutôt le rappel. Car il y a avec lui aussi une petite surprise à la clé.

En quelques photos

Prochaines dates

octobre 2020
novembre 2020
Pas d'événement actuellement programmé.

Me contacter !

Vous avez un projet, contactez-moi pour en parler.

Adresse

Rue du Mazy 21A  B-6941 Izier

Internet

www.antoinedonneaux.be

Email

antoinedonneaux@gmail.com